Médecine des ventouses

Anatomie en médecine des ventouses

La médecine des ventouses trouve particulièrement son intérêt dans le nettoyage du sang. Le corps se transforme en fonction du comportement et de l’environnement. Il est une expression qui dit : « Se faire du mauvais sang », voilà tout simplement l’une des raisons qui pollue le sang et par conséquent le corps dans sa globalité. Angoisser et s’énerver, par exemple, peuvent être des facteurs agissant sur la qualité du sang. L’alimentation, l’ingestion de produits en tout genre, l’air, les ondes sont encore autant de facteurs qui impactent sur sa composition. Un sang de mauvaise qualité rendra un service de mauvaise qualité au reste du corps. Il est important voire primordial de s’assurer également du bon usage de son esprit et de son environnement. Recevoir un soin avec ventouses, c’est aussi permettre de réoxygéner le sang. Par conséquent, le fluide s’opère mieux, le cerveau est mieux irrigué, les muscles sont mieux nourris. C’est en particulier pour ces quelques raisons que des sportifs de haut niveau reçoivent des soins en médecine des ventouses, à l’instar de Michaël Phelps (multiple champion du monde en natation), Karlo Boumayé Bérichon (champion dans le domaine des sports de combats), Karim Benzema (multiple champion dans le domaine du football), Yánnis Antetokoúnmpo Stephen Curry Russell Westbrook (joueurs de baskets en NBA) et bien d’autres.

Acte thérapeutique

La médecine des ventouses, cupping therapy ou hijama, se pratique à l’aide de ventouses. Il existe différentes approches : cornes d’animal avec aspiration d’air par le thérapeute directement, coupe en cuivre ou autre métal, pots en verre vidés de leur air à l’aide du feu ou coupe en plastique avec vide d’air par une pompe manuelle. La ventouse est posée à même la peau, puis l’air qui se trouve entre la peau et la ventouse est en partie retiré, s’effectue alors une aspiration du sang chargé de toxines à la surface de la peau. Selon les cas, le thérapeute peut inciser (micro coupures, invisibles à l’œil nu) ou non. Lorsqu’il incise, de petites gouttes d’un mélange à base de composants sanguins s’en viennent. Dans le cas où, l’incision n’a pas lieu, c’est le système émonctoriel (voies rénales, biliaires, urinaires, …) qui sera en charge de faire évacuer les toxines. Plusieurs approches de poses sont possibles.
  • Les ventouses fixes: Une fois posées les ventouses travaillent de trois à vingt minutes sur la zone concernée.
  • Les ventouses mobiles: La ventouse est mise en circulation sur le corps et un massage s’opère.

Affections

En prévention ou en curatif, les patients viennent pour éviter ou soigner tout genre de douleur. La liste des symptômes est probablement aussi longue que la liste des réponses apportées par la médecine des ventouses, cuping therapy ou hijama. Pour citer les cas les plus fréquents : Maux de tête, de dos, d’articulations, fertilité, avant ou après traitement médicamenteux, diabète, anémie, hémochromatose, sciatique,…

Déroulement d’une séance

Après un échange d’informations entre patient et thérapeute, le patient dénude les parties de son corps concernées par cette thérapie puis s’allonge. Un effleurage énergétique prépare à recevoir le soin avec apaisement. La pose des ventouses s’effectue en douceur et progressivement. Après quelques minutes, l’incision peut se faire. Cet acte est indolore, la dépressurisation permet à la partie aspirée d’être légèrement anesthésiée. Quelques minutes suffisent pour qu’il soit procédé au retrait, une à une, des ventouses et du nettoyage de la peau. Puis recouverte d’une fine couche d’huile de cumin noir (Nigel) ou de miel selon les thérapeutes, la peau entame son processus de cicatrisation. Le patient se rhabille sans contrainte, la séance est terminée.

Après séance

Certains patients se sentent plus las, d’autres redynamisés. Il est préconisé de programmer cette journée avec des activités calmes ou temps de repos. Il est possible de continuer de jeûner toute la journée, ceci selon les ressentis du patient. Pour plus de confort, appliquer de l’huile de cumin noir ou autre huile végétale de qualité, sur les emplacements approchés par les ventouses, durant la journée est conseillé.

Conseils

Pour une séance de médecine des ventouses, il est important d’être en état de jeûne depuis la veille au soir, à l’instar des prises de sang effectuées en laboratoires. Dans le cas où le jeûne est déconseillé, il est recommandé de manger peu et de rester à jeun trois heures au minimum avant le soin. La séance sera faite de préférence en matinée. Les personnes diabétiques doivent le signaler à leur thérapeute à l’instar des femmes enceintes. Il est généralement déconseillé aux femmes enceintes depuis moins de trois mois de recevoir des soins. Néanmoins, il semblerait que les femmes enceintes ayant reçu ce soin sont en meilleure santé ainsi que leur(s) nouveau(x) né(s) par rapport aux femmes n’ayant reçu de soin avec ventouses. Les ventouses peuvent être vendues sur place (au total 24 ventouses), elles seront restituées en fin de séance. Les ventouses sont personnelles. Ce soin est prodigué sur tous, exceptions faites des personnes fortement fatiguées, enceinte de moins de trois mois, ayant des problèmes cutanés (voir avec votre thérapeute).

Bon à savoir

  • Être à jeun, ne pas avoir manger ni bu, ni pris de traitement dans la mesure du possible depuis la veille au soir.